Questions fréquemment posées


Q.1 Quelle est la mission de la Fondation Chagnon ?
Q.2 Comment faire pour envoyer une demande ?
Q.3 Quelles sont les valeurs qui sous-tendent la vision à laquelle contribue la Fondation Chagnon?
Q.4 Qu'entendez-vous par « prévention » de la pauvreté ?
Q.5 Qu'entendez-vous par « réussite éducative » ?
Q.6 En quoi le soutien philanthropique de la Fondation Chagnon se distingue-t-il du soutien de l'État ?
Q.7 Sur quelles bases prenez-vous vos décisions ?
Q.8 Pourquoi la Fondation Chagnon insiste-t-elle pour que divers partenaires agissant sur un même territoire ou dans des réseaux se mobilisent pour faire une demande conjointe de financement ?
Q.9 Que voulez-vous dire par « soutenir la capacité d'agir » ?
Q.10 Qu'entendez-vous par « soutien à long terme » ?
Q.11 Comment la Fondation Chagnon conçoit-elle l'évaluation des retombées de son soutien ainsi que celle des initiatives de ses partenaires? 


 

Q.1   Quelle est la mission de la Fondation Chagnon ?

Prévenir la pauvreté en contribuant à la réussite éducative des jeunes Québécois. 


 

Q.2   Comment faire pour envoyer une demande?

Dans un premier temps, nous vous suggérons de consulter notre politique de financement qui vous permettra d'en savoir plus sur ce que la Fondation entend soutenir dans les années à venir. Par la suite, si vous pensez que la Fondation peut devenir l'un de vos partenaires, vous pouvez nous faire parvenir votre demande de financement ou relative à un projet à l'adresse suivante : demande@fondationchagnon.org. Prévoyez nous envoyer un court document présentant votre intention ou votre projet, ainsi que la nature du soutien demandé. Votre demande fera l'objet d'une étude attentive en fonction de nos orientations. Vous devriez recevoir une réponse dans un délai de 6 à 8 semaines.


 

Q.3   Quelles sont les valeurs qui sous-tendent la vision à laquelle contribue la Fondation Chagnon?

Essentiellement des valeurs de solidarité, de justice sociale et d'inclusion. Notre vision s'exprime ainsi: «Contribuer à ce que le Québec soit une société solidaire, juste et inclusive qui permette à chaque enfant, chaque famille de se réaliser et d'y participer pleinement».

Nous voulons donner la chance à tous les enfants et à tous les jeunes de développer leur plein potentiel, quelles que soient leurs situations sociales ou personnelles. 


 

Q.4   Qu'entendez-vous par « prévention » de la pauvreté ?

Notre mission de «prévention» se manifeste d'abord par le choix de miser sur la réussite éducative, un des principaux facteurs associés à la prévention de la pauvreté. 

«Prévenir», c'est aussi soutenir des initiatives qui visent à réduire les obstacles auxquels font face des jeunes, des parents, des familles et des milieux. Il ne s'agit donc pas de traiter des problèmes individuels de certains enfants par la seule prestation de services directs, mais d'agir sur les causes dites systémiques afin d'induire des transformations sociales durables.

Enfin, «prévenir», c'est «agir tôt», c'est-à-dire dès la grossesse et la petite enfance, tout en inscrivant notre soutien dans une approche intégrée et continue jusqu'à l'âge adulte.


 

Q.5   Qu'entendez-vous par «réussite éducative» ? 

Nous partageons avec l'ensemble des acteurs québécois* la conception selon laquelle la réussite éducative va plus loin que la seule réussite scolaire. Elle vise le développement global du jeune, au point de vue physique, intellectuel, affectif et social. La réussite éducative porte sur le bien-être ainsi que sur la réalisation de soi et de son plein potentiel. Elle est le fruit de la contribution de plusieurs acteurs œuvrant dans tous les secteurs de la société qui peuvent créer des «conditions» favorisant la réussite de tous en adoptant une variété de comportements, de pratiques, de mesures collectives et de politiques publiques.

Nous ne souhaitons pas arrêter une liste de conditions que nous imposerions comme critères de sélection. Nous croyons que les acteurs qui œuvrent dans divers milieux, à tous les paliers, sont souvent les mieux placés pour identifier les facteurs et les conditions prioritaires tant en ce qui concerne les jeunes, les parents et les familles, qu'en ce qui a trait aux environnements éducatif et communautaire, au milieu de vie ou à la société.


haut

Q.6   En quoi le soutien philanthropique de la Fondation Chagnon se distingue-t-il du soutien de l'État ?

Pour faire face à ses responsabilités, le Gouvernement dispose d'une légitimité et de leviers qui lui permettent d'agir de façon universelle (pour l'ensemble de la population et des régions). L'État est et doit rester responsable des lois et de leur respect, du financement des services publics, des infrastructures, de la fiscalité, de la redistribution et d'une partie substantielle du financement de base des organismes communautaires.

La Fondation Chagnon n'a aucunement l'intention de se substituer à l'État. 


 

Q.7   Sur quelles bases prenez-vous vos décisions ?

Nous ne pouvons être présents que dans un nombre limité de territoires, pendant une certaine durée. Parce que nous souhaitons offrir un soutien sur mesure, adapté à chaque contexte et à la diversité des situations, nous devrons faire des choix. Nos ressources financières ne nous permettront pas de soutenir toutes les initiatives liées à notre mission.

Ceci explique qu'afin d'offrir une approche complémentaire à celle d'autres organismes philanthropiques et de ne pas se substituer à l'État, nous entendons:

  • soutenir à long terme 
  • des organismes et des regroupements qui travaillent ensemble
  • au développement de leur capacité 
  • à accroître la réussite éducative de tous,
  • particulièrement en milieux défavorisés; 
  • et favoriser le dialogue sur des politiques publiques 
  • dans le but de créer des conditions durables.

 Ceci explique aussi que la Fondation Chagnon ne finance pas:

  • Les services directs ou cliniques offerts par des organismes uniques à des enfants, des jeunes, des parents ou des familles, bien que nous puissions à l'occasion financer des projets d'expérimentation qui améliorent les services ou la coordination
  • Le financement de base au fonctionnement d'organismes ou pour suppléer un financement gouvernemental
  • Les bourses individuelles
  • Les fonds d'urgence
  • Les équipements
  • Les denrées alimentaires
  • Les vêtements
  • Les fournitures scolaires
  • Les collectes de fonds
  • Les projets à l'extérieur du Québec
  • Les projets à but lucratif
  • Les entreprises à but lucratif
  • Le projet d'un particulier ou pour un particulier
  • Un projet isolé, à court terme d'un unique organisme

De plus, nous ne soutenons pas d'activités politiques à caractère partisan.


 

Q.8   Pourquoi la Fondation Chagnon insiste-t-elle pour que divers partenaires agissant sur un même territoire ou dans des réseaux se mobilisent pour faire une demande conjointe de financement ?

La prévention de la pauvreté et la réussite éducative font partie de ces enjeux complexes qui nécessitent l'implication d'un grand nombre d'acteurs dans une démarche intersectorielle. En mettant à profit leurs acquis et en déployant des actions variées, ces acteurs manifestent un leadership partagé en agissant ensemble pour influencer des mesures collectives qui les dépassent individuellement.

Ceci explique que nous évitions de financer un projet isolé, à court terme, d'un unique organisme. 


 

Q.9   Que voulez-vous dire par « soutenir la capacité d'agir » ? 

Le soutien de la Fondation Chagnon au développement de la capacité d'agir est destiné à:

  • La démarche que voudraient entreprendre, ou qu'ont déjà entrepris, des acteurs d'un milieu ou d'un réseau pour se mobiliser et convenir d'une vision partagée de l'amélioration des conditions de vie dans leur milieu et de la réussite éducative des jeunes en particulier. Il n'est pas essentiel que cette démarche soit exclusivement centrée sur la réussite éducative ou qu'elle se limite aux jeunes, de la grossesse à l'âge adulte.
    • Cela ne veut pas dire que tous les partenaires doivent être déjà en place. Si tout était parfait, vous n'auriez pas besoin de notre soutien !
    • Mais il faut y déceler une volonté d'agir sur des conditions durables et de miser sur le travail collaboratif et la mobilisation d'acteurs légitimes et reconnus dans leur milieu, incluant les acteurs moins traditionnels, ainsi que sur la participation citoyenne. 
  • Des initiatives plus directement liées à la prévention de la pauvreté par la réussite éducative qui seraient inscrites dans cette vision.
  • L'accès à des réseaux ou à des ressources (outils, données, expertises, accompagnement, occasions de dialogue et de participation citoyenne) favorisant le développement de compétences, l'innovation et la réalisation de la vision (ex. : changement de pratiques, travail de collaboration, communication et influence/plaidoyer, innovation, relève, apprentissages et évaluation, etc.). 

 

Q.10   Qu'entendez-vous par «soutien à long terme» ?

Nous avons appris que, pour préserver l'indépendance et maintenir l'autonomie à long terme des groupes que nous soutenons, il est préférable que notre soutien soit d'une durée limitée. Il devrait s'échelonner sur une période de 5 à 10 ans dans le cas de regroupements territoriaux, et de 3 à 5 ans dans celui de réseaux d'intervenants et d'acteurs œuvrant à l'échelle québécoise. De plus, le soutien de la Fondation Chagnon ne doit représenter qu'une part relative du budget global d'un projet ou d'une démarche. 


 

Q.11   Comment la Fondation Chagnon conçoit-elle l'évaluation des retombées de son soutien ainsi que celle des initiatives de ses partenaires?

Nous ne croyons pas que notre seule contribution financière puisse infléchir de façon distinctive des objectifs aussi complexes que la prévention de la pauvreté, la réduction des iniquités ou l'augmentation de la réussite éducative. Les initiatives que nous soutenons ne sont donc pas tenues de démontrer des effets sur ce type d'indicateurs.

Nous sommes intéressés de savoir si notre soutien permet aux organismes et regroupements d'être mieux outillés, mobilisés, engagés, habilités et efficaces à innover et mettre en œuvre leurs initiatives et à atteindre leurs objectifs.

Nous valorisons plus les apprentissages tirés de leurs expériences, parfois issus d'échecs, qu'une reddition de comptes autour de résultats spécifiques qui ne chercherait qu'à justifier notre contribution.


 

* Voir les mémoires de nombreux organismes dans le cadre des consultations sur la Politique de réussite éducative sur le site des travaux de la  Commission de la culture et de l'éducation de l'Assemblée nationale du Québec.

Nous voulons

« Nous voulons » est une courte vidéo qui traduit en images la volonté, chaque jour renouvelée, qui nous anime : celle de prévenir la pauvreté pour le bien-être des générations futures au Québec.

LA FONDATION
LIGNE DU TEMPS